Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    France

    Le conflit se durcit en Guyane française

    Le gouvernement appelle au dialogue

    4 avril 2017 | Actualités internationales
    Joris Fioriti - Agence France-Presse à Cayenne
    Daniel Saint-Jean - Agence France-Presse
    Le gouvernement avait annoncé samedi un milliard d’euros d’engagements en Guyane, en proie à une forte agitation sociale depuis 15 jours.
    Photo: Pierre-Olivier Jay Associated Press Le gouvernement avait annoncé samedi un milliard d’euros d’engagements en Guyane, en proie à une forte agitation sociale depuis 15 jours.

    Le premier ministre français Bernard Cazeneuve a appelé lundi à « poursuivre le dialogue » en Guyane, mais sans faire de promesses « irréalistes », alors que la mobilisation se durcit dans ce territoire français d’Amérique du Sud secoué par un mouvement social inédit.

     

    Dimanche, le collectif à l’origine du mouvement avait posé un ultimatum exigeant 2,5 milliards d’euros (environ 3,6 millions $CAN) « tout de suite » pour le développement de ce département au fort taux de chômage et à l’insécurité chronique.

     

    « Je ne m’engagerai que sur ce que je sais pouvoir tenir, a déclaré le premier ministre, à l’issue d’une réunion sur la Guyane avec 12 membres du gouvernement. Il serait […] aisé de céder à la facilité et de promettre des mesures et des aides financières d’un montant irréaliste, puis d’en laisser la charge et la responsabilité à un autre gouvernement. Ce n’est pas la conception que nous avons de la responsabilité dans la République », a-t-il ajouté, alors que le premier tour de l’élection présidentielle se tient dans moins de trois semaines.

     

    Le gouvernement avait annoncé samedi un milliard d’euros d’engagements en Guyane, en proie à une forte agitation sociale depuis 15 jours.

     

    Sur place, des membres encagoulés du collectif « 500 hommes contre la délinquance », en pointe dans la mobilisation, ont fait fermer lundi tous les magasins de la capitale Cayenne, où une « opération ville morte » a été décrétée.

     

    La ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts, « fait comme si elle ne savait pas que nous avons 50 ans de retard […], que nous voyons de la misère dans notre pays. Nous allons lui montrer », avait déclaré dimanche Olivier Goudet, porte-parole du groupe des 500 frères.

     

    Le blocage du port de Cayenne pourrait plonger la Guyane dans la pénurie : tandis qu’une montagne de conteneurs pleins s’accumule au port, les rayons sont de plus en plus vides dans les magasins.

     

    Un vrai isolement

     

    Depuis le 21 mars, date du début du conflit, le grand port de Guyane, sur le fleuve Mahury, est silencieux. La centaine de débardeurs qui s’y affairent habituellement sont absents, les grues immobiles, le trafic nul. « C’est le désert », souffle Philippe Lemoine, son directeur.

     

    Quelque 350 conteneurs, déchargés avant le blocage, attendent d’être sortis du port, selon lui. Une cinquantaine contiennent des produits frais, peut-être déjà périmés.

     

    Alors que le port constitue « le lieu de passage pour 90 à 95 % des importations et exportations » de la Guyane, son inactivité forcée a conduit à débarquer 800 à 1000 conteneurs dans des ports au Surinam et à Trinité-et-Tobago, explique le directeur.

     

    Les conséquences sont lourdes. Dans les magasins, les produits frais ont presque disparu. « Quand je vais au supermarché, je ne trouve plus tout ce que je veux », observe Stéphane Lambert, qui dirige l’organisation patronale Medef à Cayenne, chiffrant le coût du blocage à « plusieurs millions d’euros ».

     

    Barrages sur les routes, port bloqué et aucun moyen de substitution en vue : du fait du mouvement social, qui touche également l’aéroport de Cayenne, aucun fret aérien ne parvient sur ce territoire de 83 000 km², coincé entre le Surinam et le Brésil, et qui n’est relié à aucun autre port par voie terrestre.

     

    Faute de pont, seul un bac, actuellement en panne, fait la liaison entre le département français et le Surinam. L’accès au premier port acceptant des conteneurs au Brésil nécessite quant à lui de traverser l’Amazonie.

     

    « Il y a un vrai isolement, note le directeur du port de Cayenne. Si le conflit venait à durer, met-il en garde, il y aurait un très fort impact sur le commerce local, puisqu’il n’y aurait plus d’approvisionnement. »

     

    Le mouvement social d’ampleur inédite que connaît depuis deux semaines ce vaste territoire situé à 7000 km de Paris est basé sur des revendications sécuritaires, économiques et sociales, ainsi que sur la méfiance face à l’État français, accusé de sous-investissement depuis des décennies.













    Envoyer
    Fermer

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.